M.Alexis.M l'iconoclaste !



la traversée fut un mauvais voyage


nous étions une ligne nuancée
et néanmoins synthétique
bleue convenable
à peu près droite


tout autour
ce n'était que prairies de nombres
féerie de symboles

des équations sinueuses
d'une tendresse mathématique
un peu froides mais sincères
nous adressaient des signes d'intelligence
voire de sympathie.


les autres semblaient apprécier
j'étais inquiet pourtant

j'aurai voulu être d'algèbre et non de sang
géométrique et moins osseux
sensible de cette sensibilité là


je fis un effort pour me rasséréner
mais les horizons reculèrent soudain
dévoilant des plaines et des montagnes
de tracés idéaux
des canevas intriqués
de connexions complexes
des flux de calculs normés
des inductions gordiennes

l'angoisse me submergea
je ne comprenais plus rien





notre ligne – nous –
vira au bleu intense
trait de lumière distinct
dans ces paysages mathématiques

j'abandonnais
ne cherchais plus à saisir les pourquoi
je me laissais enfin porter
comme on s'assoie, comme on soupire
porter par ces mariages numériques

et c'est seulement à partir de cet instant
que je commençais à entendre
la poésie des nombres
nombres que j'avais cru devoir comprendre
et apprendre
avant de pouvoir les aimer

ils étaient tous des nombres agréables
comme des ombres portées sous un soleil trop chaud
comme un abri tiède sous un vent trop froid



c'était les nombres et leur logique
et c'était une possible poésie






retour · précédent copie autorisée, mention de l'url obligatoire · accueil du site